Être victime d’un pervers narcissique

Les pervers narcissiques et leurs victimes

Êtes-vous victime d’un pervers narcissique ? Cette question, vous traverse l’esprit ? Alors, vous êtes au bon endroit. Décryptons ensemble cette situation d’emprise, les profils des victimes, comment en sortir, ou comment aider un proche, victime de cette relation. De l’emprise à la liberté en passant par la reconstruction, faisons maintenant, le point pas à pas sur cette relation ultra toxique.

Une relation sous emprise

Démasquer une relation sous emprise, c’est mettre en lumière des barreaux invisibles, celle de votre prison psychique. Il ou elle va vous encercler comme une proie et vous priver, de manière très insidieuse, de vos proches, vos ami(e)s et toutes personnes ayant tissé un lien avec vous. Votre environnement relationnel se désertifie peu à peu. Vous vous retrouvez dans une situation d’isolement, et même éloigné géographiquement de vos proches. Ainsi affaibli, privé de conseils extérieurs, privé de repères, sa manipulation quotidienne s’intensifie et il peut ainsi à son gré vous reprogrammer mentalement.

Son arme favorite, la manipulation, lui assure un certain confort, celui de ne pas être démasqué. Vous ne pensez même pas à le remettre en question, car il vous l’a dit, tout est de votre faute. Vient ensuite le moment de vous faire quitter votre travail sous prétexte de vous occuper des enfants. Un barreau supplémentaire s’ajoute à ce piège, celui de la dépendance financière.

Cette relation est donc marquée par la domination, la prise de pouvoir, l’aliénation de votre volonté et votre libre-arbitre et plus globalement une déshumanisation.

Les profils des victimes

Les facteurs prédisposants aux relations toxiques sont l’hypersensibilité, la personnalité, le type d’attachement parental et les traumatismes du passé. De la dépendance affective au pervers narcissique, il n’y a qu’un pas. Cette porte, cette faille, lui permet de tirer la première ficelle, celle pour vous manipuler. Ce narcissisme défaillant caractérise le profil type des victimes. Le toxique va créer un lien de séduction apparenté à un lien réparateur pour la victime. Si cette dernière n’a pas réussi à rétablir un regard parental aimant sur elle-même, peut-être trouvera-t-elle enfin ce regard aimant, réparateur à travers cette relation. Peut-être enfin sera t’elle appréciée à sa juste valeur, par une personne censée l’aimer.

Au lieu de porter un regard aimant sur elle-même, elle le cherche chez autrui. Et le manipulateur le sait et en joue. Tantôt, il semble déposer un baume réparateur sur cette faille, tantôt, il y dépose de l’acide. Et dans ce jeu des masques, la victime ne sait que penser. Les victimes sont également lumineuses et c’est de cette lumière qu’il nourrit son néant intérieur sans jamais être rassasié. Lui maussade, sans empathie, vide, insatisfait choisi des proies pleines de vie, énergiques, joyeuses, empathiques, sensibles, créative et les vide jusqu’à épuisement et destruction totale. Son but est d’accaparer le psychisme d’autrui.

L'inversion des rôles

Afin d’inverser les rôles et de préserver sa position, la personne toxique brouille les pistes en se faisant passer pour la victime de sa proie. Ainsi, il reproche à sa victime ses propres traits de caractère comme la violence. Il est important de distinguer deux profils : la personne victime et la personne victimisée.

Dans le premier cas, la personne est consciente d’être une proie et donc se protège. Dans le second cas, la personne est mise sous emprise inconsciemment. Elle se laisse posséder par son manipulateur et ressent des sentiments de honte, de peur et de culpabilité. Elle le fait, car elle pense à tort qu’il lui montre ainsi son amour et son attachement et que c’est à elle de changer.

De l'emprise à la liberté : Comment aider ?

Aider une personne victime d’une relation sous emprise, c’est tout d’abord lui faire comprendre qu’elle n’est pas seule, vous êtes là, à ses côtés. N’hésitez pas à lui donner également des adresses d’association, comme l’association Victa de Sophie Soria-Glo. Pensez à lui tendre une main douce, patiente. L’amener à ouvrir les yeux sur le caractère toxique de sa relation prend du temps et vous ne devez pas l’oppresser, ni dire du mal de son bourreau. N’oubliez pas que cette victime est sous pression et dévalorisée continuellement.

aider pervers narcissique

Amener là à se questionner sur ce qu’elle vit comme “penses-tu qu’il ou elle puisse changer”, “Es-tu épanouie dans cette relation”. Et quand un début de prise de conscience commence, n’hésitez pas à tourner votre ami(e) ou proche vers un thérapeute ou un psychologue. Ensemble, ils pourront analyser la situation et élaborer autour. Ce cheminement, celui du détachement, celui de sortir de l’emprise d’autrui pour enfin retrouver sa liberté passe par plusieurs étapes. Nous pouvons en tracer les grandes lignes qui sont :

Zoom sur le détachement

Se détacher d’une relation toxique, c’est accepter cette situation et son caractère immuable. C’est également oser rêver à nouveau d’une relation plus agréable et légitime. Se détacher de cette relation, c’est ne plus se regarder à travers le regard de l’autre, mais retrouver un regard valorisant sur soi-même, empathique et aimant. Se défaire du vêtement de culpabilité et de honte dont l’autre vous a vêtu est une autre étape.

Et pour sortir du déni, ne projetez plus un autre pour lui survivre, mais osez regarder la vérité en face. Découvrez-le tel qu’il est sans espoir d’un réel changement. Un lien se nourrit dans les deux sens, alors faites silence radio et prenez votre envol vers un nouvel horizon. N’oubliez-pas, contrairement à ses dires, vous n’êtes jamais seul(e). Osez enfin vous libérez en étant enfin vous-même.